Boissières et l’Arty Show

Pour la deuxième année consécutive Boissières s’est installé au cœur de l’Arty Show avec Calvisson, Congénies, Nages et St Côme et Maruejols. Cette balade artistique  a permis aux visiteurs de découvrir les 13 et 14 octobre plus de  cinquante artistes sur quatorze sites différents. Tous les arts étaient représentés : peinture, sculpture, photo, décoration sur porcelaine, travail du verre, vitrailliste, entre autres.

Pour Boissières trois sites d’exposition étaient ouverts : le « 49 », cabinet de curiosités de Gaëtan Moreau, l’atelier de Jean-Yves Régnault et la salle polyvalente où huit exposants (Caroline Bierge, Eliane Bonin, Christiane Chastel, Elisabeth Filippi, Bénédicte Mantiers, Véronique Perrin, Alain Rampeneaux et Liliane Verhoeven) ont présenté leurs œuvres. Les visiteurs ont pu admirer leurs pastels, aquarelles,  huiles,  peinture sur porcelaine et travail sur verre.

Tout avait commencé le vendredi après-midi par l’accrochage où chacun a investi la part de mur et les grilles d’exposition qui lui avait été attribuées. C’est ainsi que l’aspect de la salle a rapidement changé. Les murs blancs ont disparu derrière les tableaux qui en ont nettement amélioré l’esthétisme. Lorsque tout le monde a été satisfait  de son installation, on s’est séparé en se disant à demain. Mais surtout en se demandant, sans rien dire aux autres, comment le week-end allait se passer. Ça s’appelle le trac.

Bon, le lendemain, beau temps, un bon point. Après une matinée….très calme, on se rassure en se disant que c’est normal. Mais du début de l’après-midi  jusqu’à la fermeture, soixante-dix-huit personnes sont venues. Ouf,  ça marche.

Dimanche matin, temps gris. Deux versions, une optimiste : on va avoir des visiteurs puisqu’ils ne peuvent pas aller à la plage, l’autre pessimiste : ils vont rester chez eux.

Et que croyez-vous qu’il arriva : il y eut  plus de cent dix personnes.

A partir de onze heures, branle-bas de combat : préparation du vernissage (les nourritures terrestres sont nécessaires à la juste appréciation des nourritures artistiques). Aux alentours de midi, artistes, organisateurs et autorités se sont retrouvés pour partager un moment très convivial.

Lorsque le calme est revenu vers quinze heures, les visiteurs ont continué de visiter jusqu’à la fermeture. Comme les escargots, ils ont profité de la pluie.

Et à la fin il a bien fallu, un peu à regret,  décrocher les tableaux, ranger les chaises et les tables mais se dire qu’on avait passé un superbe week-end.

Alors …… à l’année prochaine, en espérant plus d’artistes, plus de visiteurs, plus de lieux d’exposition, plus de tout, quoi.

Journées européennes du patrimoine 2018

Boissières à l’heure des journées européennes du patrimoine 2018.

L’Association de Sauvegarde du Patrimoine de Boissières a inscrit notre village aux journées européennes du patrimoine des 15 et 16 septembre. Les guides, Dominique Deschamps et Gaëtan Moreau, avaient révisé le  texte de leurs interventions, astiqué leurs chaussures de marche et installé un stand sur la place du temple. Salomé tenait la permanence. Bref, samedi matin tout était prêt. Les visites d’environ une heure et demie se sont succédées toutes les heures à partir de 10 h et jusqu’à 18 h 00.

 

Et le dimanche matin à 10 h 00, le stand étant encore là, les visites ont repris jusque dans l’après-midi, avec une petite pause déjeuner.

Notre village recelant un riche patrimoine historique et architectural, une quarantaine de visiteurs dont la moitié venus des communes  voisines ont pu apprécier, durant ce week-end, la beauté du cadre dans lequel nous vivons tous les jours. Il paraît même qu’on nous envie……..

C’était la dernière séance.

Pour la dernière séance, …………………..

on a varié les plaisirs, ce fut du cinéma en plein air installé en intérieur. En effet, quelques perturbations sonores indépendantes de notre volonté, nous ont obligé à nous replier sur la salle polyvalente. Quoiqu’il en soit, une cinquantaine d’afficionados sont venus profiter de cette troisième et ultime séance de cinéma pour l’année 2018.  Nous attendrons les beaux jours 2019 pour renouveler l’expérience, en plein air cette fois.

Au programme de la séance : un film muet noir et blanc La Liberté, les actualités de la rentrée 1962, des publicités, et après l’entracte le grand film De toutes nos forces de Nils tavernier avec Jacques Gamblin et Alexandra Lamy en autres. Les quelques problèmes de son saturé ont été résolus, mais après la séance. Donc, tout sera en ordre pour l’année prochaine.

Cette histoire familiale retrace les efforts que fait un garçon handicapé pour participer avec son père à un trihatlon Iron man. Pour réussir ce pari, le père et le fils devront relever des défis physiques et psychologiques. Et à la fin ils finiront ensemble, épuisés, mais trois minutes avant la fin du temps imparti. Joli film familial et sentimental qui a ému les spectateurs de 9 à 99 ans.

A l’année prochaine pour la suite du festival du film de Boissières.

Une soirée avec le Collyn’s Group

L’association les Boissiérades a organisé, en partenariat avec la municipalité, le vendredi 24 août, un spectacle de jazz et de variétés autour d’un hommage à Claude Nougaro. A  partir de 20 h 00 le public s’est installé sur les terrasses du château que son propriétaire Mr Trouchaud a bien voulu ouvrir une seconde fois cette année. Vers 20 h 30, le Collyn’s Group prenait place sur scène avec en arrière-plan les murailles du château et face à eux, une vue imprenable sur la Vaunage et le coucher du soleil. Ce fut  sans doute l’esprit de Georges Brassens qui a invité le vent fripon, sorti d’une de ses chansons,  pour titiller la prestation des artistes. Mais ce soir-là, le mistral n’était pas de taille à lutter avec  les quelques grands monuments du jazz et de la variété américaine qui ont défilé au long de la soirée : Duke Ellington, Nat King Cole, Cole Porter,  Franck Sinatra pour ne citer qu’eux. Puis sont venus nos grands de la chansons avec des interprétations revisitées de Charles Trenet, Gilbert Bécaud, Yves Montand et pour finir un bel hommage à Claude Nougaro. Pendant deux heures le Collyn’s Group a  régalé  un public enthousiaste et averti. Les applaudissements nourris et  un rappel insistant ont clôturé cette fête du jazz que les spectateurs ont pu apprécié dans un site grandiose.

 

Repas Républicain 14 Juillet 2018

Il a fait chaud,

Dès le matin pour installer les tables, et puis pour le concours de boules. Car, tel un phœnix renaissant de ses cendres, le concours, par la bonne volonté de seize participants (dont deux participantes réquisitionnées à la dernière seconde), a pu reprendre cette année.

Durant la matinée ils et elles se sont affrontés au boulodrome et sur la place du Temple. Les grands vainqueurs sont Alain Masini et Ralph Dumont. Bravo à tous. Le tournoi s’est terminé par un apéritif rafraîchissant et bienvenu.

Après-midi calme et chaud.

16h30 Match de foot à St Pétersbourg   et installation des musiciens  de l’orchestre Flash Back à Boissières. Il fait toujours chaud. 18 h 00 arrivée du traiteur.

A partir de 19h30, apéritif offert par la mairie. Le bar est ouvert dans la salle polyvalente et les boissièrois font des allers et retours  vers la place de la mairie. Les serveurs amateurs ne savent plus où donner de la bouteille. Les glaçons fondent à vue d’œil.  Belle ambiance.

Après un discours de bienvenue, Monsieur le maire Marc Foucon, accompagné de Christian Borg, a remis les lots aux vainqueurs du tournoi de boules. Marcel Aigon a gentiment   demandé que son lot soit remis aux deux valeureuses participantes. Merci pour ce beau geste de fraternité. Cette première partie de la soirée s’est terminée sur une éclatante Marseillaise entonnée avec conviction par l’ensemble des Boissièrois présents.

Les musiciens ouvrent le bal. Les tables ont été installées, les presque deux cents convives sont assis couverts en main, tout est prêt pour le repas.

Mitonné cette année encore par le traiteur Fabaron à Lasalle, le repas a été apprécié par les habitants. Salade périgourdine,  porcelet au crémé de cèpes des Cévennes et Tropézienne. Il ne sert à rien de préciser que toutes les assiettes sont reparties vides après chaque plat.

Une légère fraîcheur  s’étant installée après le repas, place à la danse avec les musiciens et la chanteuse de l’orchestre Flash Back qui, avec les tubes des années 80 et d’autres bien-sûr, ont emmené les plus courageux et infatigables danseurs jusque vers deux heures du matin.J’espère, aimables lecteurs, avoir pu, au travers de ces quelques lignes, vous exprimer toute la gaîté qui a régné ce soir-là sur la place de la Mairie.

Cinéma en plein air, deuxième séance.

La journée avait bien commencé, beau temps, petite brise, bref tempête de ciel bleu.

Et l’après-midi, souvenez-vous le 06 juillet à 17h 50, l’équipe de France de foot venait de terrasser l’Uruguay par deux buts à zéro.  Direction la  demi-finale, nous apprendrons plus tard que ce sera contre nos amis belges. Et ce n’est pas une blague.

Et le soir à 21 h 00, pour clôturer ce moment exceptionnel, il  y a eu cinéma sur la place du village avec Charlie Chaplin (Charlot), Tex Avery, les actualités et les pubs, l’entracte et le grand film “Raid dingue” de et avec Dany Boon. Les quelques soixante-dix Boissièrois présents (de plus en plus  nombreux au fil des séances) ont apprécié ce moment de détente par une belle soirée d’été.  Beaucoup de rires ont ponctué les scènes comiques jusqu’au feu d’artifice final.

Rendez-vous au 08 septembre pour la dernière séance (de l’année).

 

 

Départ de Mme Girard directrice de l’école

Extraits du discours de Marc Foucon, maire de Boissières

Madame Girard c’est un grand moment pour vous mais pour Boissières également. C’est un tournant dans votre carrière et c’est un tournant dans l’histoire du village.

25 ans déjà ! un quart de siècle d’enseignement au même endroit ce n’est pas rien. Je ne suis maire que depuis 18 ans mais comme je suis au conseil municipal depuis 33 ans, je vous ai vu arriver dans cette école. Depuis, comme dans presque tous les ménages nous avons eu des hauts et des bas, mais sans aller jusqu’au divorce. D’ailleurs aujourd’hui je ne me souviens plus des causes de ces bas : c’est comme pour le service militaire, on ne se souvient que des bons moments.

25 ans déjà au cours desquels les enfants se sont succédés dans votre classe et parmi eux maintenant les enfants de certains de ces enfants. Des liens presque familiaux se sont ainsi créés au fil du temps. Je ne sais pas si vous en aurez le temps, mais je vous souhaite de trouver à Caveirac ce même esprit « famille », ces mêmes rapports humains, bref cet esprit « village » qui disparait lentement mais sûrement.

 25 ans déjà au cours desquels l’école s’est transformée : je citerai par exemple la fermeture du préau, l’installation de vrais jeux de cour, la construction chaotique du dortoir, la prise de compétence  de la communauté de communes en ce qui concerne le périscolaire et la cantine, la rénovation des sanitaires et du chauffage, la suppression de l’appartement de fonction et sa transformation en salle de classe car pendant ces 25 ans nous avons eu des ouvertures de classe, mais aussi des fermetures. Pendant ces 25 ans nous nous sommes battus avec Mme Leclere pour obtenir du Conseil général la création d’un collège et nous en avons obtenu 2 : un à Calvisson et un à Clarensac. Pendant ces 25 ans, comme tout le monde, nous avons subi autant de réformes que de ministres. Vers la fin de ces 25 ans nous sommes allés dans l’espace avec Thomas Pesquet et plus récemment encore nous avons reçu la fille d’Elie Desplan dont l’école porte le nom. Ces 25 ans se terminent hélas par le sabordage du SIRP sur lequel je ne reviendrai pas mais sans lequel vous ne seriez sans doute pas partie.

La construction de la personnalité de l’enfant est certes l’affaire des enseignants mais ceci doit se faire en complémentarité avec les parents, une complémentarité trop souvent oubliée par les dits parents (sauf à Boissières : Boissières rime avec exemplaire)

Madame Girard vous vous êtes acquittée à merveille de cette lourde tâche (la preuve en est la présence des parents ici présents) alors nous ne pouvions pas vous laisser partir sans vous dire notre estime pour le travail accompli. La commune n’est pas riche et n’a pas de médaille de la ville mais nous vous la décernons bien volontiers moralement. Et pour vous remercier de vos 25 ans d’activité à Boissières, au nom des quelques 5 à 600 élèves qui sont passés dans votre classe, au nom de leurs parents, au nom de la commune de Boissières, permettez-moi de vous remettre ce bon cadeau dont vous pourrez faire l’usage qu’il vous plaira.

Week-end chargé à Boissières

Pour fêter l’arrivée de l’été, Boissières a bien fait les choses.

Vendredi à partir de 19 h 00, la fête de la musique a ouvert le bal. D’abord avoir le ventre plein pour pouvoir danser après. La buvette et la restauration ont été assurées par l’association des Boissièrades. Frites et assiettes froides ont eu beaucoup de succès. Ensuite, place à la danse avec le DJ JC Sound Designer qui a animé la soirée. On a dansé jeunes, moins jeunes, seul, en couple ou en groupe pour le Madison. Et puis tard dans la nuit on s’est dit au revoir et à bientôt pour la suite des festivités.

Dimanche matin dès potron-minet, les exposants sont venus s’installer sur les emplacements que leur avait réservés l’association Batifoll, organisatrice de ce vide-grenier. Les chineurs ont suivi de près pour ne rater aucune bonne affaire ; la fortune sourit à ceux qui se lèvent tôt. Le centre du village fut vite investi pour la journée par de nombreux chalands qui ont profité d’un vrai temps estival. Mais, il n’y avait pas que des stands de vente, une artiste en herbe avait planté son chevalet à l’entrée du marché et a proposé de portraiturer les passants moyennant la modique somme de 10 centimes. Nous espérons que son initiative sera suivie par d’autres artistes.

Dans l’après-midi, Simon Benammi avait organisé des portes ouvertes aux Etriers de Boissières pour présenter son pôle équestre au public. Cet évènement a été clôturé par un apéritif convivial qui a regroupé les visiteurs et l’équipe animatrice de cet espace dédié au cheval.

Producteur de fruits et légumes bio

nelson
Nelson Rodet, jeune agriculteur exploitant à Boissières vous propose tous les samedi de 8h30 à 12h30 sa production maraîchère sur le parking de l’école. Ses produits sont cultivés dans le champ de l’autre côté de la route. On ne peut guère trouver de circuit plus court : profitez-en ! 

Si vous voulez en savoir plus sur Nelson tapez Nelson Rodet sur votre moteur de recherche.

etiquette1 etiquette3<chasse|>
courgettes <chasse|>
Vous pouvez dès maintenant devenir locavore en consommant bio, une production boissièroise. Vous pouvez également retrouver Nelson Rodet à La Saladelle à Vauvert. Il participe également au Jardin de Petitou en préparant des paniers de légumes et des commandes qui sont livrés à Calvisson le mardi soir.

Les Etriers de Boissières

Ouvert depuis le 1er mai, le pôle équestre,  Les étriers de Boissières, organisera le 24 juin une journée Portes Ouvertes.

Simon Benammi, le propriétaire de cet espace dédié au cheval, vous fera découvrir toutes les infrastructures assurant un confort haut de gamme à tous ses pensionnaires.

Ce complexe, comprenant  quatorze stalles très lumineuses en intérieur, vingt paddocks extérieurs avec abris, un rond de longe etune carrière de 80 X 40 mètres, peut accueillir une trentaine de chevaux. Le sol des stalles et des paddocks est recouvert de plaques de caoutchouc  pour le bien-être des locataires. Tout ici est pensé en termes d’agrément pour les chevaux. L’ensemble des bâtiments est alimenté en électricité photovoltaïque et par un forage pour l’eau.

C’est sa passion pour les chevaux qui a guidé Simon Benammi depuis l’enfance. C’est un cavalier émérite titulaire du niveau galop 7 mais aussi un expert en comptabilité. Une entreprise comme celle-ci se construit par passion, mais doit se gérer économiquement.

Le lieu d’implantation a été minutieusement choisi dans un cadre magnifique pour allier élevage, dressage et jumping pour les chevaux mais aussi la détente pour les cavaliers.  Un grand choix de chemins en garrigue autorise des chevauchées au calme. La situation géographique entre Nîmes et Montpellier qui sont des centres importants de concours équestres permet de s’adresser à un nombre important de propriétaires compétiteurs.

Ici les chevaux sont préparés aux concours de sauts d’obstacles et au dressage par les deux coachs professionnels Emilie Fronton pour le dressage et Quentin Bazile pour le jumping. L’entraînement se déroule sous forme de stages ou de cours suivant les besoins des chevaux et des cavaliers.

Une autre facette de l’activité de Simon Benammi, est l’éducation de chevaux âgés de 3 à 4 ans pour les préparer aux concours et les vendre au bout d’un an à des cavaliers demandeurs de jeunes chevaux.

On peut  comparer Les étriers de Boissières à un campus  universitaire avec son équipe pédagogique Simon, Emilie et Quentin et ses étudiants en master : les chevaux qui suivent leurs cours dans un cadre magnifique adapté aux plus hautes exigences.

Il ne reste plus qu’à leur souhaiter que les coupes et les récompenses dans les concours viennent couronner de succès la création des Etriers de Boissières.

Contact mail : lesetriers@gmail.com  / Tel : 06.11.72.12.85

CD107 chemin des Bourallières 30114 Boissières

Présentation de la commune

Boissières

Situé en surplomb de la route de Nîmes à Sommières, Boissières est sans doute l’un des villages ayant un patrimoine architectural civil le mieux conservé de la Vaunage dans son caractère d’authenticité médiévale où l’on remarque facilement les différentes périodes d’évolution urbaine liées à son histoire. Notre village est aussi témoin de l’expansion viticole au XIX ème avec ses mas et ses maisons vigneronnes typiques, et leurs portails « à foudres »de toute hauteur. Continuer la lecture de « Présentation de la commune »

Concert de l’orchestre du conservatoire de Nîmes le 09 juin

Par une belle fin de journée  ensoleillée, sur les terrasses du château, l’orchestre symphonique amateur  du conservatoire de Nîmes a offert, à quelques deux cent cinquante personnes, un magnifique concert.

Tout y était.

 La seule soirée non arrosée de pluie depuis très longtemps. C’est à David Dussaud, le chef d’orchestre, que revient le bénéfice de cette météo clémente, puisque c’est lui qui avait choisi cette date il y a environ quatre mois (joli talent de prévisionniste).

Un public nombreux et enthousiaste.

Un lieu prestigieux. Mr Trouchaud a mis gracieusement à notre disposition, comme il le fait depuis 2015, les terrasses du château,  ce qui nous permet ainsi de proposer ces spectacles musicaux.

Quelques bonnes volontés (Michel et Régis, entre autres) qui ont apporté une aide bienvenue avant et après le concert.

Donc, tout étant  prêt, l’orchestre et son chef ont ouvert cette soirée avec un extrait de la symphonie n°3 de Beethoven et la Pie voleuse de Rossini.  Mozart est arrivé ensuite, avec le final de la symphonie n°38 et l’ouverture de l’Enlèvement au sérail.

 

Amandine Nguyen en violon solo et l’orchestre ont interprété le Prélude et l’Allegro de Pugnani-Kreisler.

Ont suivi deux pièces de Strauss,  Pépita Polka et Persischer- Marsch.  Enfin, Prokofiev avec La danse des chevaliers (extrait de Roméo et Juliette)  et l’Ungarischer Tanz de Brahms ont clôturé ce concert.

 

 

Le public  ne   voulant   pas   laisser   partir   l’orchestre, celui-ci est revenu pour interpréter   en   bis,   le   Prélude et l’Allegro de Pugnani-Kreisler avec toujours, la jeune et brillante soliste Amadine Nguyen en violon solo.

Ce fut là le moment de libérer les musiciens qui avaient bien gagné la collation préparée par la commission des festivités du conseil municipal. Un peu de réconfort après tous les efforts fournis pour réjouir tous les spectateurs enchantés par leur prestation.

Encore merci à l’orchestre symphonique amateur du conservatoire de Nîmes et à son chef David Dussaud. Boissières et les terrasses du château seront heureux de les accueillir dès qu’ils le voudront.

Les Obligations Légales de Débroussaillement

Lundi 04 juin à 18 h 00, une quarantaine de boissièrois se sont retrouvés dans la salle polyvalente de la mairie. Ils avaient été invités à participer à la réunion organisée par la Direction Départe

mentale des Territoires et de la Mer (DDTM ex DDT). En fait tous les boissièrois dont les propriétés bâties jouxtent le massif forestier avaient été conviés. Ce qui représente environ quatre-vingt propriétaires.

Le thème de cette réunion était globalement la protection contre les incendies et plus particulièrement le débroussaillement. En plus des représentants de la DDTM, étaient présents deux représentants du SDIS (pompiers), un de l’ONF et le secrétaire général de la préfecture. Notre commune ayant l’avantage d’avoir été choisie comme témoin dans la campagne de lutte contre les incendies organisée dans le Gard.

Après quelques diaporamas et vidéo impressionnantes sur des interventions des pompiers sur des incendies, la réglementation en matière d’Obligations Légales de Débrouillement a été expliquée. En gros, chaque propriétaire d’une maison est responsable de la protection de son bien. Il est astreint à débroussailler dans un rayon de 50 mètres autour de son habitation, que les 50 mètres lui appartiennent ou pas. Un propriétaire de foncier non bâti n’est pas astreint à cette action sur son terrain.

Une fois ce principe accepté, des questions ont permis d’éclaircir quelques points particuliers. Puis, tout le monde s’est séparé à 20 h 00 en se retroussant moralement les manches car pour certains, les travaux vont être conséquents.

Fête Médiévale 2018

Quand Chronos se prend les pieds dans le château.

On aurait quand dû s’en douter quand même ! Il n’avait pas plu ce samedi matin 02 juin, et il y avait même un peu de soleil. Ce n’était pas normal.

Et puis, ils sont arrivés un à un, par la rue de la Vaunage, par le chemin du Cougoul, par la rue du Puits Neuf et par la rue Basse. On voyait bien qu’ils étaient chez eux.

Les marchands ont monté leurs échoppes dans le centre du village. Les mercenaires, chevaliers, oiseleurs, calligraphes et autres troupes de troubadours ont organisé  leur camp aux Abricotiers.

Ça allait recommencer comme il y deux ans, on était reparti au XIIIème siècle. Bon, la dernière fois, tout s’était bien passé, alors allons-y pour une deuxième remontée dans le temps.

Alors, que jaillissent des méandres du temps, les gueux, les seigneurs, les gentes dames, les boutiquiers, les gens d’armes, les manants, les fauconniers, les joueurs de flutiau,  de tambourin et autres instruments baroques !

Comment vous dire ? Il y avait du monde partout à partir de 14 h 00 ce samedi. Que ce soit sur  la place du Temple pour voir la Gamela Nostra, l’Ordre du Croissant et les archers s’entraîner à de futurs combats,  ou pour écouter des contes et légendes au campement de la caravane d’Altarän,  ou au Griffe pour ouïr l’ensemble musical Osco Médiéval. Les comédiens et saltimbanques ont donné à rire avec des farces et saynètes. Une dame du temps jadis a guidé parmi les ruelles et les détours du temps des visiteurs du XXIème  étonnés des soubresauts de l’histoire ayant façonné le village. Les jeux anciens en bois ont remplacé, l’espace de quelques heures, les consoles et les tablettes à la grande joie des parents et des enfants.

 

Le soir venu, les Boissièrois du XIIIème se sont réunis avec les troupes de mercenaires et les musiciens pour défiler dans les rues.Après, il fut temps de banqueter en se racontant les aventures de l’après-midi.

  Cette première journée s’est achevée par un spectacle de feu magique au son de la musique médiévale. Puis le campement et le marché se sont endormis pour une nuit bienvenue.

Et le lendemain, tous ayant vérifié que le temps était toujours bloqué sur XIIIème siècle,  les marchands et les mercenaires ont repris leurs activités.

Musique, entraînement des soldats, artisanats divers et variés, tournois, saynètes et contes ont rythmé cette deuxième journée.,

Les jeans et tee-shirts du XXIème siècle se sont mêlés aux braies, hauts-de-chausses, tuniques, mantels, cottes ou cales dans un tourbillon de danses anciennes. Pendant ce temps, les mercenaires recrutaient, se battaient ou faisaient d’impressionnantes démonstrations d’arquebuses et d’escopettes pour le moins bruyantes.

 

 

Un chevalier fut criblé de carreaux d’arbalètes lancés par des enfants rigolards sous les applaudissements du public.

 

En fin d’après-midi, Chronos a rappelé tout le monde à l’ordre en faisant retentir quelques coups à l’horloge. Le XIIIème siècle défila une dernière fois devant  le XXIème au long des rues du village. Arrivés sur la place du Temple tous les participants, Compagnies de guerriers, musiciens, comédiens, fauconniers, marchands,  visiteurs et Boissièrois ont fait une ovation bien méritée à celle sans qui tout cela n’aurait pu avoir lieu : Aurélie Coste soutenue par sa famille et la Compagnie théâtrale Batifoll.

Cinéma en plein air, première séance

Cinquante personnes selon la mairie, soixante selon les organisateurs…. allez savoir  (c’est à cause de la poire)……… bref il y avait du monde ce vendredi soir devant l’écran blanc dans la nuit noire.

Quelques postérieurs délicats mais néanmoins prévoyant s’étaient munis de sièges et/ou de coussins moelleux, sans compter des couvertures pour se prémunir (sans alcool de poire) de la petite fraîcheur de cette soirée.

Une fois tout le monde installé et après le discours d’ouverture, place à la séance de cinéma.

Un Buster Keaton a, pour les uns, ravivé des souvenirs et pour les autres, a prouvé qu’une poursuite avec des tas de flics faisait déjà rire en 1920. Rien ne change sous notre soleil. Comme l’ont montré les actualités de 1890 à 1914, ce sont toujours les mêmes sujets qui reviennent.

Après les inévitables publicités rétro pour des marques disparues, et l’entracte (sans les ouvreuses et leurs esquimaux) avec buvette, on a pu voir le grand film de cette soirée.

Un peu de tendresse, de la bonne humeur qui ne fait de mal à personne, quelques gags et répliques provocant des rires, une manif, un karaoké, un salon de l’agriculture et une fin en apothéose, le tout arrosé au lait de vache et à la poire, voilà une heure et demie de détente sans se faire de nœud au cerveau,  pour la joie de tous.

Pour la prochaine séance, on recommence avec Charlot, Tex Avery, la suite des actualités 1914-1965, des pubs et Raid Dingue de et avec Dany Boon.

On vous attend nombreux.

Journée des enfants 2018

Le beau temps avait été commandé avec le bon formulaire, mais avec tous les ponts, la demande n’est pas arrivée à temps. Bon, il n’a pas plu, mais un peu de soleil en plus ç’aurait été mieux.

Mais cela n’a pas empêché de passer une excellente journée.

Le stade était superbe avec sa pelouse verte et tondue.  Les jeux, qu’ils soient anciens (palets, cerceaux, passe-trappe ou chasse-pions) ou modernes  ont été utilisés de 10 à 17 h 00par la trentaine d’enfants présents. Le château gonflable a eu, comme d’habitude, beaucoup de succès.

 Et les jeux collectifs (ping-pong, volley, basket)  n’ont pas réuni que des enfants, il semble que des papas et des mamans en ont profité aussi.

 Mais, chut……

 

 

 

 

 

A ce rythme, l’heure du repas est vite arrivée. Après l’apéritif, tout le monde s’est attablé devant une paëlla visiblement très appréciée. Au vu des mines réjouies, il n’y a pas de doute possible, les soixante convives se sont régalés.

Quelques promenades à dos d’âne ont ravi les enfants durant l’après-midi.

Et puis, juste avant qu’il ne pleuve, les participants se sont séparés en se disant : A l’année prochaine !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Chasse aux oeufs 2018

Dans la nuit du 06 au 07 avril, les cloches ont fait une halte dans leur parcours d’après Pâques. Et, devinez où ? à Boissières bien sûr, mais comme elles connaissaient déjà le stade, elles ont choisi de faire la teuf entre les petits pins et les jeux pour enfants. Tout le monde sait que lorsque les cloches font la fête il reste des traces sous forme d’œufs et autres sujets en chocolat.

A 10 h 00 une trentaine de petites et petits boissièrois se sont donc donnés rendez-vous pour ouvrir la chasse aux trésors chocolatés. Au bout d’une heure, tout avait été ramassé dans des petits paniers confectionnés par Evelyne Chassouant. Au vu des sourires, les provisions de chocolat avaient l’air conséquentes.

Pour se remettre des émotions de la chasse, tout le monde est remonté au stade où, après tous ces efforts, un rafraîchissement pour les enfants et un apéritif pour les parents étaient les bienvenus.

Ensuite, les appétits étant aiguisés, des grillades tirées du sac ont rassasiées les estomacs de tout le monde.

Encore merci les cloches et à l’année prochaine.

08 mai 2018

Toutes générations réunies.

A 11 h 30 ce 08 Mai 2018, une trentaine de Boissièrois  de 03 à 90 ans se sont réunis pour ce moment de mémoire autour du monument aux morts, après avoir traversé en cortège, le village depuis la place de la mairie.

Pour cette commémoration du  73 ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, Tristan Casse a  avantageusement  remplacé le  porte-drapeau habituel pour la cérémonie. Ce pourrait peut-être devenir une tradition que de demander aux jeunes gens de notre village de participer ainsi au devoir de mémoire.

 

Après un dépôt de gerbe au pied du Monument aux Morts et le rappel des noms des « Morts pour la France » durant cette guerre : Elie Desplan, Edmond Pouget et Marcel Encontre (dont le nom figure sur le monument de Aigues-vives), le Maire, Marc Foucon, a donné lecture du message de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées Geneviève Darrieusseq.  Une minute de silence a clôturé cette cérémonie. 

 

 

Un rafraîchissement offert par la municipalité a réuni ensuite les participants dans la salle du conseil.